Catégories
Histoire de l'humanité

La culture babylonienne

Les caractéristiques de la culture babylonienne comprennent l’architecture en briques de terre crue, de nombreux registres et archives astronomiques, des manuels médicaux de diagnostic et des traductions de la littérature sumérienne.

Art et architecture

En Babylonie, l’abondance de l’argile et le manque de pierre ont conduit à une plus grande utilisation de la brique crue. Les temples babyloniens étaient donc des structures massives en briques crues, soutenues par des contreforts. L’utilisation de la brique a conduit au développement précoce du pilastre et de la colonne, ainsi que des fresques et des tuiles émaillées. Les murs étaient brillamment colorés, et parfois plaqués de zinc ou d’or, ainsi que de tuiles. Des cônes en terre cuite peints pour les torches étaient également encastrés dans le plâtre. À Babylone, à la place du bas-relief, il y avait une prépondérance de figures tridimensionnelles – les premiers exemples étant les statues de Judée – qui étaient réalistes, bien qu’un peu maladroites. La rareté de la pierre à Babylone a fait de chaque galet une marchandise et a conduit à une grande perfection dans l’art de la taille des pierres précieuses.

Astronomie

Au cours des VIIIème et VIIème siècles avant Jésus-Christ, les astronomes babyloniens ont développé une nouvelle approche empirique de l’astronomie. Ils ont commencé à étudier la philosophie traitant de la nature idéale de l’univers et ont commencé à employer une logique interne au sein de leurs systèmes planétaires prédictifs. Ce fut une contribution importante à l’astronomie et à la philosophie des sciences, et certains chercheurs ont ainsi qualifié cette nouvelle approche de première révolution scientifique. Des tablettes datant de la période de l’ancienne Babylone documentent l’application des mathématiques aux variations de la durée du jour sur une année solaire. Des siècles d’observations babyloniennes des phénomènes célestes sont enregistrés dans une série de tablettes cunéiformes connues sous le nom de Enūma Anu Enlil. En fait, le plus ancien texte astronomique significatif connu de l’humanité est la tablette 63 du Enūma Anu Enlil, la tablette de Vénus d’Ammi-saduqa, qui répertorie les premiers et derniers levers visibles de Vénus sur une période d’environ 21 ans. Cette tablette est la première preuve que les planètes étaient reconnues comme des phénomènes périodiques. Le plus ancien astrolabe rectangulaire date de Babylone vers 1100 avant J.-C. Le Mul Apin contient des catalogues d’étoiles et de constellations ainsi que des schémas de prédiction des levées héliaques et de la position des planètes, ainsi que des durées de lumière du jour mesurées par une horloge à eau, un gnomon, des ombres et des intercalations. Le texte GU babylonien organise les étoiles en « chaînes » qui se trouvent le long de cercles de déclinaison (mesurant ainsi les ascensions droites ou les intervalles de temps), et utilise également les étoiles du zénith, qui sont également séparées par des différences d’ascension droite données.

Médecine

Les plus anciens textes babyloniens sur la médecine remontent à la première dynastie de Babylone, dans la première moitié du deuxième millénaire avant Jésus-Christ. Le texte médical babylonien le plus complet est cependant le Manuel de diagnostic rédigé par le ummânū, ou le chercheur principal, Esagil-kin-apli de Borsippa.

Les Babyloniens ont introduit les concepts de diagnostic, de pronostic, d’examen physique et de prescription. Le Manuel de diagnostic a également introduit les méthodes de thérapie et d’étiologie en soulignant l’utilisation de l’empirisme, de la logique et de la rationalité dans le diagnostic, le pronostic et le traitement. Par exemple, le texte contient une liste de symptômes médicaux et d’observations empiriques souvent détaillées ainsi que les règles logiques utilisées pour combiner les symptômes observés sur le corps d’un patient avec son diagnostic et son pronostic. En particulier, Esagil-kin-apli a découvert une variété de maladies et d’affections et a décrit leurs symptômes dans son Manuel de diagnostic, y compris ceux de nombreuses variétés d’épilepsie et d’affections connexes.

Littérature

L'épopée de Gilgamesh
Une tablette de l’épopée de Gilgamesh : La tablette du Déluge de l’épopée de Gilgamesh en akkadien.

Des bibliothèques existaient dans la plupart des villes et des temples. Les femmes comme les hommes y apprenaient à lire et à écrire, et avaient une connaissance de la langue sumérienne, aujourd’hui disparue, ainsi qu’un syllabaire compliqué et étendu.

Une quantité considérable de littérature babylonienne fut traduite à partir des originaux sumériens, et la langue de la religion et de la loi continua longtemps à être écrite dans la vieille langue agglutinante de Sumer. Des vocabulaires, des grammaires et des traductions interlinéaires ont été compilés à l’intention des étudiants, ainsi que des commentaires sur les textes plus anciens et des explications de mots et de phrases obscurs. Les personnages du syllabaire ont été organisés et nommés, et des listes élaborées ont été établies.

Il existe de nombreuses œuvres littéraires babyloniennes dont les titres sont parvenus jusqu’à nous. L’une des plus célèbres est l’Épopée de Gilgamesh, en douze livres, traduite du sumérien original par un certain Sin-liqi-unninni, et arrangée sur un principe astronomique. Chaque division contient l’histoire d’une seule aventure dans la carrière du roi Gilgamesh. L’ensemble est un produit composite, et il est probable que certaines des histoires soient artificiellement attachées au personnage central.

Philosophie

Les origines de la philosophie babylonienne remontent aux débuts de la littérature de sagesse mésopotamienne, qui incarnait certaines philosophies de la vie, en particulier l’éthique, sous forme de dialectique, de dialogues, de poésie épique, de folklore, d’hymnes, de paroles, de prose et de proverbes. Le raisonnement et la rationalité babyloniens se sont développés au-delà de l’empirique

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les temples babyloniens étaient des structures massives en briques crues, soutenues par des contreforts. Ces utilisations de la brique ont conduit au développement précoce du pilastre et de la colonne, ainsi que des fresques et des tuiles émaillées.
  • Certaines pièces de l’art babylonien présentaient des statues tridimensionnelles brutes, et la taille de pierres précieuses était considérée comme un art de haute perfection.
  • Les Babyloniens ont produit de nombreux recueils de documents astronomiques contenant des catalogues d’étoiles et de constellations, ainsi que des schémas pour le calcul de diverses coordonnées et phénomènes astronomiques.
  • Sur le plan médical, les Babyloniens ont introduit des procédés médicaux de base, tels que le diagnostic et le pronostic, et ont également catalogué diverses maladies avec leurs symptômes.
  • Les Babyloniens, hommes et femmes, ont appris à lire et à écrire, et une grande partie de la littérature babylonienne est traduite à partir d’anciens textes sumériens, comme l’épopée de Gilgamesh.

Termes clefs

  • brique de boue : Mélange de briques composé de terreau, de boue, de sable et d’eau, mélangé à un matériau liant, tel que des balles de riz ou de la paille.
  • étiologie : Causalité. En médecine, cause ou origine d’une maladie ou d’un état.
  • pilastre : Élément architectural de l’architecture classique utilisé pour donner l’apparence d’une colonne de soutien et pour articuler une étendue de mur, avec seulement une fonction ornementale.
  • Épopée de Gilgamesh : L’une des œuvres babyloniennes les plus célèbres, une saga de douze livres traduite de l’original sumérien.
  • Enūma Anu Enlil : Une série de tablettes cunéiformes contenant des siècles d’observations babyloniennes des phénomènes célestes.
  • Manuel de diagnostic : Le texte médical babylonien le plus complet, écrit par Esagil-kin-apli de Borsippa.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.