Catégories
Histoire de l'humanité

L’hégire en 622: de la Mecque à Médine

Comme l’Islam se heurtait à une plus grande opposition politique et religieuse à La Mecque, Mahomet et ses disciples ont émigré à Médine en 622.

Mohammed commence à prêcher

Pendant les trois premières années de son ministère, Mahomet a prêché l’islam en privé, principalement auprès de ses proches parents et de ses connaissances. Selon la tradition musulmane, la femme de Mahomet, Khadija, a été la première à croire qu’il était un prophète. Elle a été suivie par le cousin de dix ans de Mahomet, Ali ibn Abi Talib, par son ami proche Abu Bakr et par son fils adoptif Zaïd. Selon la croyance islamique, la quatrième année de la prophétie de Mahomet, vers 613, il a reçu l’ordre de Dieu de rendre publique sa propagation de cette foi monothéiste. Les premiers enseignements de Mahomet ont été marqués par son insistance sur l’unicité de Dieu, la dénonciation du polythéisme, la croyance au jugement dernier et à sa récompense, et la justice sociale et économique.

La plupart des Mecquois l’ignoraient et se moquaient de lui, bien que quelques-uns soient devenus ses disciples. Les premiers convertis à l’islam étaient répartis en trois groupes principaux : les jeunes frères et les fils de grands marchands ; les personnes qui avaient perdu le premier rang de leur tribu ou qui ne l’avaient pas atteint ; et les étrangers faibles, pour la plupart sans protection.

L’opposition à la Mecque

Selon Ibn Sad, un des compagnons de Mahomet, l’opposition à la Mecque a commencé lorsque Mahomet a prononcé des versets condamnant le culte des idoles et le polythéisme. Cependant, le Coran soutient que cela a commencé lorsque Mahomet a commencé à prêcher publiquement. Au fur et à mesure que l’Islam se répandait, Mahomet a menacé les tribus locales et les dirigeants de la Mecque parce que leur richesse dépendait de la Kaaba. La prédication de Mahomet était particulièrement offensante pour sa propre tribu coranique, car elle gardait la Kaaba et tirait son pouvoir politique et religieux de ses sanctuaires polythéistes.

Les tribus dirigeantes de la Mecque percevaient Mahomet comme un danger susceptible de provoquer des tensions similaires à la rivalité du judaïsme et du polythéisme bédouin à Yathrib. Les puissants marchands de La Mecque tentèrent de convaincre Mahomet d’abandonner ses prédications en lui offrant l’admission dans le cercle restreint des marchands et un mariage avantageux. Cependant, Mahomet a refusé les deux offres.

La sourate An-Najm du Coran
Le dernier ayah de la sourate An-Najm du Coran : Le message de monothéisme de Mahomet a remis en question l’ordre social traditionnel de la Mecque. La tribu de Quraysh contrôlait la Kaaba et tirait son pouvoir religieux et politique de ses sanctuaires polythéistes. Elle a donc commencé à persécuter les musulmans et de nombreux disciples de Mahomet sont devenus des martyrs.

Au début, l’opposition se limitait au ridicule et au sarcasme, mais elle s’est ensuite transformée en une persécution active qui a forcé une partie des nouveaux convertis à émigrer vers l’Abyssinie voisine (l’actuelle Éthiopie). Bouleversé par le rythme auquel Mahomet gagnait de nouveaux adeptes, le Coran proposa d’adopter une forme de culte commune, ce qui fut dénoncé par le Coran.

Mahomet lui-même a été protégé contre les atteintes physiques tant qu’il appartenait au clan Bânu Hâchim, mais ses disciples n’ont pas eu cette chance. Sumayyah bint Khabbab, une esclave de l’éminent leader Meccano Abu Jahl, est connue comme la première martyre de l’Islam ; son maître l’a tuée avec une lance lorsqu’elle a refusé d’abandonner sa foi. Bilal, un autre esclave musulman, a été torturé par Umayyah ibn Khalaf, qui lui a placé de plus en plus de pierres sur la poitrine pour forcer sa conversion, jusqu’à ce qu’il meure.

Mort de Khadija et d’Abou Talib en 619

La femme de Mohammed, Khadijah, et l’oncle Abou Talib sont tous deux morts en 619, l’année qui a été connue comme « l’année de la douleur ». Avec la mort d’Abou Talib, Abou Lahab a pris la tête du clan des Bânu Hâchim. Peu après, Abu Lahab a retiré la protection du clan à Mahomet, le mettant en danger ainsi que ses partisans. Mahomet a saisi cette occasion pour chercher un nouveau foyer pour lui et ses partisans. Après plusieurs négociations infructueuses, il trouva l’espoir auprès de quelques hommes de Yathrib (plus tard appelée Medina). La population arabe de Yathrib connaissait le monothéisme et était prête à l’apparition d’un prophète car une communauté juive y existait également. Ils espéraient également, par le biais de Mahomet et de la nouvelle foi, obtenir la suprématie sur La Mecque ; les habitants de Yathrib étaient jaloux de son importance en tant que lieu de pèlerinage. Les convertis à l’Islam venaient de presque toutes les tribus arabes de Médine ; en juin de l’année suivante, soixante-quinze musulmans se rendaient à La Mecque pour y faire un pèlerinage et rencontrer Mahomet.

La délégation de Médine

Une délégation de Médine, composée des représentants des douze clans importants de Médine, a invité Mahomet en tant qu’étranger neutre à servir d’arbitre en chef pour l’ensemble de la communauté. Des combats ont eu lieu à Yathrib (Médine) impliquant principalement ses habitants arabes et juifs pendant une centaine d’années avant 620. Les massacres récurrents et les désaccords sur les revendications qui en ont résulté, surtout après la bataille de Bu’ath, à laquelle tous les clans ont participé, ont montré que les conceptions tribales de la vendetta et du « œil pour œil » n’étaient plus applicables, à moins qu’un seul homme ne soit habilité à statuer sur les cas litigieux. La délégation de Médine s’est engagée, ainsi que ses concitoyens, à accepter Mahomet dans leur communauté et à le protéger physiquement comme l’un des leurs.

L’Hégire en 622

L’Hégire est la migration de Mahomet et de ses disciples de la Mecque à Médine, à 320 kilomètres au nord, en 622. Mahomet a demandé à ses disciples d’émigrer à Médine jusqu’à ce que presque tous aient quitté La Mecque. Selon la tradition, les Mecquois, alarmés par ce départ, ont comploté d’assassiner Mahomet. En juin 622, lorsqu’il fut averti de ce complot, Mahomet s’échappa de La Mecque avec son compagnon, Abu Bakr.

La nuit de son départ, la maison de Mahomet fut assiégée par les hommes désignés de Quraysh. On raconte que lorsque Mahomet sortit de sa maison, il récita un verset du Coran et jeta une poignée de poussière en direction des assiégeants, ce qui les empêcha de le voir. Lorsque le Coran a appris la fuite de Mahomet, ils ont annoncé une grande récompense pour le leur ramener, vivant ou mort, et les poursuivants se sont dispersés dans toutes les directions. Après huit jours de voyage, Mahomet est entré dans la périphérie de Médine, mais n’est pas entré directement dans la ville. Il s’est arrêté à un endroit appelé Quba, à quelques kilomètres de la ville principale, et y a établi une mosquée. Après un séjour de quatorze jours à Quba, Mahomet est parti pour Médine, participant à sa première prière du vendredi en cours de route, et en arrivant dans la ville, il a été salué cordialement par ses habitants.
La carte montre les sites de ruines remarquables, les villes païennes, les villes avec une importante présence juive et les villes avec une importante présence chrétienne. Les sites en ruines sont Dedan et Medain Saleh, qui sont tous deux situés dans l’actuelle Arabie saoudite du nord-ouest. Les villes païennes sont – du nord au sud le long de la mer Rouge – Qudayd, Djeddah, La Mecque, Nakhla, Taif, Dhul-Khalash et San’a. La ville païenne la plus septentrionale, Qudayd, est située dans le centre-ouest actuel de l’Arabie saoudite. La ville païenne la plus méridionale, San’a, est située dans le centre-ouest du Yémen actuel. Les villes où la présence juive est importante sont Khaybar, Wadi Al-Qura et Medina, toutes situées dans l’actuelle Arabie saoudite du centre et du nord-ouest, entre les ruines et Qudayd. Quatre des villes à forte présence chrétienne, Petra, Tabuk, Dumatul Jandal et Jabal Tayy, sont situées au nord des ruines. Petra, la plus septentrionale de ces villes, est située dans l’actuel sud-ouest de la Jordanie, tandis que Jabal Tayy, la plus méridionale de ces villes, est située au nord-est des ruines. Najran, l’autre ville à forte présence chrétienne, est située dans l’actuel sud-ouest de l’Arabie Saoudite, près de la frontière avec le Yémen. En plus de ces ruines et de ces villes, la carte montre deux migrations musulmanes : une migration de musulmans de La Mecque à Axum, située dans l’actuelle Éthiopie du Nord, en 613 et 615, et une migration de musulmans de La Mecque à Médine en 622 dirigée par Mahomet. Enfin, la carte montre l’empire byzantin au nord-ouest et une zone de terre entre Petra et Tabuk contrôlée par les Ghassanides, un groupe d’alliés arabes byzantins.

Carte de l'hégire de Mahomet
L’hégire et les autres premières migrations musulmanes : L’hégire est la migration ou le voyage du prophète islamique Muhammad et de ses disciples de La Mecque à Yathrib, qu’il a ensuite rebaptisée Médine , en 622 de notre ère.

Mahomet à Médine

Parmi les premières choses que Mahomet a faites pour apaiser les griefs de longue date entre les tribus de Médine, il a rédigé un document connu sous le nom de Constitution de Médine, « établissant une sorte d’alliance ou de fédération » entre les huit tribus de Médine et les émigrants musulmans de la Mecque. Ce document précisait les droits et les devoirs de tous les citoyens et les relations des différentes communautés de Médine (y compris entre la communauté musulmane et les autres communautés, en particulier les Juifs et les autres « peuples du Livre »). La communauté définie dans la Constitution de Médine, la Ummah, avait une perspective religieuse, également façonnée par des considérations pratiques, et a conservé en grande partie les formes juridiques des anciennes tribus arabes.

Le premier groupe de païens convertis à l’islam à Médine était constitué de clans qui n’avaient pas produit de grands chefs pour eux-mêmes, mais qui avaient souffert de chefs guerriers d’autres clans. La population païenne de Médine a ensuite accepté l’islam en général, à quelques exceptions près.

Réconciliation et consolidation de l’État islamique

Vers 628, l’État islamique naissant s’est quelque peu consolidé lorsque Mahomet a quitté Médine pour effectuer un pèlerinage à la Mecque. Le Coran l’a intercepté en route et a conclu un traité avec les musulmans. Bien que les termes du traité Hudaybiyyah aient pu être défavorables aux musulmans de Médine, le Coran a déclaré qu’il s’agissait d’une nette victoire. Les historiens musulmans suggèrent que le traité a mobilisé le contact entre les païens de la Mecque et les musulmans de Médine. Le traité a démontré que le Coran reconnaissait Muhammad comme leur égal et l’Islam comme une puissance montante.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Alors que l’islam se répandait à La Mecque, les tribus au pouvoir ont commencé à s’opposer à la prédication de Mahomet et à sa condamnation de l’idolâtrie.
  • La tribu de Quraysh contrôlait la Kaaba et tirait son pouvoir religieux et politique de ses sanctuaires polythéistes. Elle a donc commencé à persécuter les musulmans et de nombreux disciples de Mahomet sont devenus des martyrs.
  • Lorsque la femme de Mahomet, Khadija, et l’oncle Abu Talib sont morts tous deux en 619 de notre ère, Abu Lahab a pris la tête du clan Bânu Hâchim et a retiré la protection du clan à Mahomet.
  • En 622, Mahomet et ses disciples émigrèrent à Yathrib dans l’Hégire pour échapper aux persécutions, et rebaptisèrent la ville Médine en l’honneur du prophète.
  • Parmi les premières choses que Mahomet fit pour apaiser les griefs de longue date des tribus de Médine, il rédigea un document connu sous le nom de Constitution de Médine.

Termes clefs

  • La Mecque : Lieu de naissance de Muhammad et site de la première révélation du Coran par ce dernier, cette ville est considérée comme la ville la plus sainte de la religion de l’Islam.
  • Clan des Bânu Hâchim : Une des familles les plus importantes de la Mecque et une partie de la tribu des Quraysh de la dynastie des Hachémites.
  • Médine : Destination de Mahomet pendant la Hijra, qui est devenue la base du pouvoir de l’Islam au premier siècle (rebaptisée de Yathrib).
  • Hégire : La migration ou le voyage du prophète islamique Mahomet et de ses disciples de la Mecque à Médine en juin 622.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.