Catégories
Histoire de l'humanité

L’Art en Égypte antique

L’art égyptien ancien comprend la peinture, la sculpture, l’architecture et d’autres formes d’art, comme les dessins sur papyrus, créés entre 3000 avant J.-C. et 100 après J.-C. La plupart de cet art était très stylisé et symbolique. De nombreuses formes survivantes proviennent de tombes et de monuments, et sont donc axées sur la vie après la mort et la préservation des connaissances.

Le symbolisme

Le symbolisme de l’art égyptien ancien transmettait un sens de l’ordre et l’influence des éléments naturels. Les insignes du pharaon symbolisaient son pouvoir de régner et de maintenir l’ordre dans l’univers. Le bleu et l’or indiquaient la divinité car ils étaient rares et étaient associés à des matériaux précieux, tandis que le noir exprimait la fertilité du Nil.

Échelle hiérarchique

Dans l’art égyptien, la taille d’un chiffre indique son importance relative. Cela signifie que les dieux ou le pharaon étaient généralement plus grands que les autres personnages, suivis des hauts fonctionnaires ou du propriétaire du tombeau ; les plus petits personnages étaient des serviteurs, des artistes, des animaux, des arbres et des détails architecturaux.

Peinture

Avant de peindre une surface en pierre, celle-ci était blanchie à la chaux et parfois recouverte d’un enduit de boue. Les pigments étaient faits de minéraux et pouvaient résister à une forte lumière du soleil avec un minimum de décoloration. Le liant est inconnu ; la peinture était appliquée sur du plâtre séché. Un vernis ou une résine était ensuite appliqué comme revêtement protecteur, ce qui, avec le climat sec de l’Égypte, protégeait très bien la peinture. Le but des peintures funéraires était de créer une vie après la mort agréable pour le défunt, avec des thèmes tels que le voyage dans l’au-delà, ou des divinités assurant la protection. La vue de côté de la personne ou de l’animal était généralement montrée, et les peintures étaient souvent réalisées en rouge, bleu, vert, or, noir et jaune.
image

Représentation de Nefertiti
Peinture murale de Néfertari : Dans cette peinture murale de Néfertari, la vue de côté est apparente.

Sculpture

Les anciens Égyptiens ont créé des sculptures monumentales et plus petites, en utilisant la technique du relief coulé. Dans cette technique, l’image est réalisée en découpant la sculpture en relief sur une surface plane, située dans une zone enfoncée formée autour de l’image. En cas de fort ensoleillement, cette technique est très visible, ce qui accentue les contours et les formes par l’ombre. Les figures sont représentées avec le torse tourné vers l’avant, la tête en vue de côté et les jambes écartées, les mâles étant parfois plus foncés que les femelles. Les grandes statues de divinités (autres que le pharaon) ne sont pas courantes, bien que les divinités soient souvent représentées dans des peintures et des reliefs.

Les sculptures colossales à l’échelle du Grand Sphinx de Gizeh n’ont pas été répétées, mais des sphinx et des animaux plus petits ont été trouvés dans les complexes de temples. L’image de culte la plus sacrée du dieu d’un temple était censée être conservée dans les naos dans de petits bateaux, sculptés dans un métal précieux, mais aucun n’a survécu.

Les statues Ka, qui devaient servir de lieu de repos à la partie ka de l’âme, étaient présentes dans les tombes à partir de la IVe dynastie (2680-2565 av. J.-C.). Elles étaient souvent en bois, et étaient appelées têtes de réserve, qui étaient plates, glabres et naturalistes. Dans les premières tombes, on trouvait de petits modèles d’esclaves, d’animaux, de bâtiments et d’objets pour assurer la vie des défunts dans l’au-delà. Plus tard, des figures d’ushabti étaient présentes comme figures funéraires pour servir de serviteurs au défunt, s’il était appelé à faire des travaux manuels dans l’au-delà.
image

Une statue représentant Ka
Statue Ka : La statue ka a été placée dans la tombe pour fournir un lieu physique où le ka se manifeste. Cette statue se trouve au Musée égyptien du Caire.

De nombreux petits objets sculptés ont été découverts, des jouets aux ustensiles, et l’albâtre a été utilisé pour les objets les plus chers. Lors de la création de toute statuaire, des conventions strictes, accompagnées d’un système de notation, ont été suivies. Il en résulte une qualité plutôt intemporelle, car peu de changements ont été apportés au fil des millénaires.
Faïence, poterie et verre

La faïence était une céramique de quartz fritté avec vitrification de surface utilisée pour créer de petits objets relativement bon marché dans de nombreuses couleurs, mais le plus souvent bleu-vert. Elle était souvent utilisée pour les bijoux, les scarabées et les figurines. Le verre était à l’origine un article de luxe, mais il est devenu plus courant et devait être utilisé pour fabriquer de petits pots de parfum et d’autres liquides, à placer dans les tombes. Les sculptures de vases, d’amulettes et d’images de divinités et d’animaux étaient faites en stéatite. La poterie était parfois recouverte d’émail, en particulier de couleur bleue. Dans les tombes, la poterie était utilisée pour représenter les organes du corps prélevés lors de l’embaumement, ou pour créer des cônes, d’environ dix pouces de haut, gravés de légendes du défunt.

Papyrus

Le papyrus est très délicat et était utilisé pour l’écriture et la peinture; il n’a survécu que pendant de longues périodes lorsqu’il était enterré dans des tombes. On trouve sur le papyrus tous les aspects de la vie égyptienne, des documents littéraires aux documents administratifs.

Architecture

Les architectes ont soigneusement planifié les bâtiments, en les alignant sur des événements astronomiques importants, tels que les solstices et les équinoxes, et ont utilisé principalement des briques de terre cuites au soleil, du calcaire, du grès et du granit. La pierre était réservée aux tombes et aux temples, tandis que les autres bâtiments, comme les palais et les forteresses, étaient en briques. Les maisons étaient faites de boue du Nil qui durcissait au soleil. Beaucoup de ces maisons ont été détruites par les inondations ou démantelées. Parmi les exemples de structures préservées, on peut citer le village de Deir al-Madinah et la forteresse de Buhen.

La nécropole de Gizeh, construite sous la quatrième dynastie, comprend la pyramide de Khéops (également connue sous le nom de Grande pyramide ou de Pyramide de Khéops), la pyramide de Khéphren et la pyramide de Mykérinos, ainsi que des pyramides reines plus petites et le Grand Sphinx.
image

Les pyramides de Gizeh
Les Pyramides de Gizeh : La pyramide de Khéops (Grande Pyramide) est la plus grande des pyramides représentées ici.

Le temple de Karnak a été construit pour la première fois au XVIème siècle avant J.-C. Une trentaine de pharaons ont contribué à la construction des bâtiments, créant un complexe extrêmement vaste et diversifié. Il comprend les enceintes d’Amon-Re, Montu et Mut, et le temple d’Amehotep IV (démantelé).

Le temple de Karnak
Le temple de Karnak : Voici la salle hypostyle du temple de Karnak.

Le temple de Louxor a été construit au XIVème siècle avant J.-C. par Amenhotep III dans l’ancienne ville de Thèbes, aujourd’hui Louxor, avec un agrandissement majeur par Ramsès II au XIIIème siècle avant J.-C. Il comprend le Premier Pylône de 24 mètres de haut, des frises, des statues et des colonnes.

La période Amarna (1353-1336 avant J.-C.)

Durant cette période, qui représente une interruption dans le style de l’art égyptien ancien, les sujets étaient représentés de façon plus réaliste et les scènes comprenaient des représentations d’affection entre les membres de la famille royale. Il y avait un sentiment de mouvement dans les images, avec des figures qui se chevauchaient et de grandes foules. Ce style reflète le passage d’Akhenaton au monothéisme, mais il a disparu après sa mort.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’art égyptien ancien comprend la peinture, la sculpture, l’architecture et d’autres formes d’art, comme les dessins sur papyrus, créés entre 3000 avant J.-C. et 100 après J.-C.
  • La plupart de cet art était très stylisé et symbolique. Une grande partie des formes survivantes proviennent de tombes et de monuments, et sont donc axées sur la vie après la mort et la préservation des connaissances.
  • Le symbolisme signifiait l’ordre, représenté par les insignes du pharaon ou par l’utilisation de certaines couleurs.
  • Dans l’art égyptien, la taille d’une figure indique son importance relative.
  • Les peintures étaient souvent réalisées sur pierre et représentaient des scènes agréables de l’au-delà dans les tombes.
  • Les anciens Égyptiens ont créé des sculptures monumentales et plus petites, en utilisant la technique du relief coulé.
  • Les statues ka, qui devaient servir de lieu de repos pour la partie ka de l’âme, étaient souvent en bois et placées dans des tombes.
  • La faïence était de la céramique de quartz fritté avec vitrification de la surface, utilisée pour créer de petits objets relativement bon marché dans de nombreuses couleurs. Le verre était à l’origine un article de luxe mais il est devenu plus courant et a été utilisé pour fabriquer de petits pots, pour le parfum et d’autres liquides, à placer dans les tombes. Les sculptures de vases, d’amulettes et d’images de divinités et d’animaux étaient faites en stéatite. La poterie était parfois recouverte d’émail, en particulier de couleur bleue.
  • Le papyrus était utilisé pour l’écriture et la peinture, et servait à enregistrer tous les aspects de la vie égyptienne.
  • Les architectes planifiaient soigneusement les bâtiments, les alignant sur des événements astronomiques importants, tels que les solstices et les équinoxes. Ils utilisaient principalement des briques de terre cuites au soleil, du calcaire, du grès et du granit.
  • La période Amarna (1353-1336 avant J.-C.) représente une interruption dans le style de l’art égyptien ancien, les sujets étaient représentés de façon plus réaliste et les scènes comprenaient des représentations de l’affection entre les membres de la famille royale.

Termes clefs

  • papyrus : matériau préparé dans l’Égypte ancienne à partir de la tige d’une plante aquatique, utilisé en feuilles pour écrire ou peindre.
  • insignes : Les emblèmes ou insignes de la royauté.
  • relief coulé : Technique de sculpture dans laquelle les contours de formes modelées sont incisés dans une surface plane au-delà de laquelle les formes ne dépassent pas.
  • Ka : Partie spirituelle supposée d’un être humain ou d’un dieu qui a survécu après la mort, et qui pourrait résider dans une statue de la personne.
  • ushabti : Figure funéraire de l’Égypte ancienne.
  • Faïence : Céramique émaillée.
  • scarabées : pierre précieuse de l’Égypte ancienne taillée en forme de scarabée

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.