Catégories
Histoire de l'humanité

La religion en Égypte antique

La religion en Égypte antique a perduré plus de 3 000 ans et consistait en un polythéisme complexe. Le rôle du pharaon était de soutenir les dieux afin de maintenir l’ordre dans l’univers.

La religion durant l’Égypte antique a duré plus de 3 000 ans et était polythéiste, ce qui signifie qu’il y avait une multitude de divinités qui, pensait-on, résidaient dans les forces de la nature et les contrôlaient. Les pratiques religieuses étaient profondément ancrées dans la vie des Égyptiens, qui tentaient de pourvoir aux besoins de leurs dieux et de gagner leurs faveurs. La complexité de la religion était évidente, car certaines divinités existaient sous différentes formes et avaient de multiples rôles mythologiques. Le panthéon comprenait des dieux ayant des rôles majeurs dans l’univers, des divinités mineures (ou « démons »), des dieux étrangers et parfois des humains, y compris des pharaons décédés.

La pratique religieuse officielle était centrée sur le pharaon, ou souverain, d’Égypte, que l’on croyait divin, et qui servait d’intermédiaire entre le peuple et les dieux. Son rôle était de soutenir les dieux afin qu’ils puissent maintenir l’ordre dans l’univers, et l’État dépensait généreusement ses ressources pour construire des temples et pourvoir aux rituels. Le pharaon était associé à Horus (et plus tard à Amon) et considéré comme le fils de Râ. À sa mort, le pharaon était entièrement déifié, directement identifié à Râ et associé à Osiris, le dieu de la mort et de la renaissance. Cependant, les individus pouvaient s’adresser directement aux dieux à des fins personnelles par la prière ou des demandes de magie ; à mesure que le pouvoir du pharaon diminuait, cette forme de pratique personnelle s’est renforcée. La pratique religieuse populaire comprenait également des cérémonies autour de la naissance et du baptême. Les gens invoquaient également la « magie » (appelée heka) pour faire bouger les choses en utilisant les forces naturelles.
image

Le panthéon des dieux égyptiens
Dieux du Panthéon : Cette peinture murale montre, de gauche à droite, les dieux Osiris, Anubis et Horus.

Cosmologie

L’univers égyptien est centré sur Maât, qui a plusieurs significations en anglais, dont la vérité, la justice et l’ordre. Il était fixe et éternel (sans lui, le monde s’effondrerait), et il y avait des menaces constantes de désordre exigeant de la société qu’elle travaille pour le maintenir. Les habitants du cosmos comprenaient les dieux, les esprits des humains décédés et les humains vivants, dont le plus important était le pharaon. Les humains doivent coopérer pour y parvenir, et les dieux doivent fonctionner en équilibre. Maât a été renouvelée par des événements périodiques, comme la crue annuelle du Nil, qui ont fait écho à la création originale. Le plus important de ces événements était le voyage quotidien du dieu soleil Râ.

Les Égyptiens voyaient la terre comme une terre plate (le dieu Geb), au-dessus de laquelle s’arquait le ciel (la déesse Nout) ; ils étaient séparés par Shou, le dieu de l’air. Sous la terre se trouvait un monde souterrain parallèle et un ciel souterrain, et au-delà des cieux se trouvait Nu, le chaos avant la création. Duat était une zone mystérieuse associée à la mort et à la renaissance, et chaque jour Râ passait par Duat après avoir voyagé sur la terre pendant la journée.
image

Cosmologie religion de l'égypte antique
Cosmologie égyptienne : Dans cette œuvre, le dieu de l’air, Shou, est aidé par d’autres dieux pour tenir Nout, le ciel, tandis que Geb, la terre, se trouve en dessous.

Mythes

Les mythes égyptiens sont principalement connus grâce aux hymnes, aux textes rituels et magiques, aux textes funéraires et aux écrits des Grecs et des Romains. Le mythe de la création voyait le monde émerger comme un espace sec dans l’océan primordial du chaos, marqué par le premier soulèvement de Râ. D’autres formes du mythe ont vu le dieu primordial Atoum se transformer en éléments du monde, et le discours créatif du dieu intellectuel Ptah.

Le mythe le plus important était celui d’Osiris et d’Isis. Le souverain divin Osiris a été assassiné par Seth (dieu du chaos), puis ressuscité par sa sœur et sa femme Isis pour concevoir un héritier, Horus. Osiris devint alors le souverain des morts, tandis qu’Horus finit par venger son père et devint roi. Ce mythe place les pharaons, et leur succession, dans une situation d’ordre contre le chaos.

La vie après la mort

Les Égyptiens étaient très soucieux du sort de leur âme après la mort, et construisaient des tombes, créaient des biens funéraires et faisaient des offrandes pour préserver les corps et les esprits des morts. Ils croyaient que les humains possédaient le ka, ou force vitale, qui laissait le corps à la mort. Pour perdurer après la mort, le ka doit continuer à recevoir des offrandes de nourriture ; il pouvait en consommer l’essence spirituelle. Les humains possédaient également un ba, un ensemble de caractéristiques spirituelles uniques à chaque personne, qui restaient dans le corps après la mort. Les rites funéraires avaient pour but de libérer le ba afin qu’il puisse se déplacer, rejoindre le ka et continuer à vivre en tant qu’akh. Cependant, le ba revenait dans le corps la nuit, et le corps doit donc être préservé.

La momification impliquait des pratiques d’embaumement élaborées, et l’enveloppement dans un tissu, ainsi que divers rites, dont la cérémonie d’ouverture de la bouche. Les tombes étaient à l’origine des mastabas (structures rectangulaires en briques), puis des pyramides.

Cependant, à l’origine, cela ne s’appliquait pas au commun des mortels : ils passaient dans un royaume sombre et morne qui était le contraire de la vie. Les nobles recevaient des tombes et des cadeaux funéraires du pharaon. Finalement, vers 2181 avant J.-C., les Égyptiens ont commencé à croire que chaque personne avait un ba et pouvait accéder à l’au-delà. Au Nouvel Empire, l’âme devait faire face à des dangers dans le Duat avant d’avoir un jugement final, appelé la Pesée du Coeur, où les dieux comparaient les actions du défunt de son vivant à celles de Maât, pour voir si elles en étaient dignes. Si c’était le cas, les ka et ba étaient réunis en un akh, qui se rendait alors soit dans le monde souterrain luxuriant, soit avec Râ dans son voyage quotidien, ou encore retournait dans le monde des vivants pour y exercer la magie.

Inscriptions funéraires dans les hiéroglyphes égyptiens
Texte funéraire : Dans cette section du Livre des Morts pour le scribe Hunefer, la pesée du cœur est montrée.

L’ascension et la chute des dieux

Certains dieux ont acquis un statut primaire au fil du temps, puis sont tombés au fur et à mesure que d’autres dieux les ont dépassés. Parmi ceux-ci, le dieu soleil Râ, le dieu créateur Amon et la déesse mère Isis. Il y eut même une période où l’Égypte était monothéiste, sous le pharaon Akhenaton et son dieu protecteur Aton.
Les relations entre les divinités

Tout comme les forces de la nature ont des relations complexes, les divinités égyptiennes ont des relations complexes. Des divinités mineures pouvaient être liées, ou des divinités pouvaient se réunir en fonction de la signification des nombres dans la mythologie égyptienne (c’est-à-dire que les paires représentaient la dualité). Les divinités peuvent également être liées par le syncrétisme, créant ainsi une divinité composite.

Représentations artistiques des dieux

Les représentations artistiques des dieux n’étaient pas des représentations littérales, car leur véritable nature était considérée comme mystérieuse. Cependant, l’imagerie symbolique était utilisée pour indiquer cette nature. Par exemple, Anubis, un dieu funéraire, a été représenté sous la forme d’un chacal pour contrer sa signification traditionnelle de charognard et créer une protection pour la momie.
Temples

Les temples étaient la méthode de l’État pour soutenir les dieux, car leurs images physiques étaient logées et soignées ; ils n’étaient pas un lieu de culte pour le commun des mortels. Ils étaient à la fois des temples mortuaires pour servir les pharaons décédés et des temples pour les dieux protecteurs. D’abord simples, ils sont devenus plus élaborés et ont été construits de plus en plus souvent en pierre, avec un plan commun. Les tâches rituelles étaient normalement accomplies par des prêtres ou des fonctionnaires du gouvernement qui jouaient ce rôle. Au Nouvel Empire, la prêtrise professionnelle est devenue courante, et leur richesse rivalise avec celle du pharaon.

Rituels et festivals

Outre les nombreux rituels du temple, dont la cérémonie d’offrande du matin et les reconstitutions de mythes, il y avait les cérémonies de couronnement et la fête sed, un renouvellement de la force du pharaon pendant son règne. La fête d’Opet à Karnak comprenait une procession portant l’image du dieu pour visiter d’autres sites importants.

Le culte des animaux

Dans de nombreux sites, les Égyptiens vénéraient des animaux spécifiques qu’ils croyaient être des manifestations de divinités. Citons par exemple le taureau Apis (du dieu Ptah), les chats et autres animaux momifiés.

Utilisation d’oracles

Les roturiers et les pharaons posaient des questions aux oracles, et les réponses pouvaient même être utilisées pendant le Nouveau Royaume pour régler des litiges juridiques. Il pouvait s’agir de poser une question pendant qu’une image divine était portée, et d’interpréter un mouvement, ou de tirer au sort.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La religion de l’Égypte antique a duré plus de 3 000 ans et était polythéiste, ce qui signifie qu’il y avait une multitude de divinités qui, pensait-on, résidaient dans les forces de la nature et les contrôlaient.
  • La pratique religieuse officielle était centrée sur le pharaon, ou souverain, de l’Égypte, que l’on croyait divin, et qui servait d’intermédiaire entre le peuple et les dieux. Son rôle était de soutenir les dieux afin qu’ils puissent maintenir l’ordre dans l’univers.
  • L’univers égyptien était centré sur Maât, qui a plusieurs significations en anglais, dont la vérité, la justice et l’ordre. Il était fixe et éternel ; sans lui, le monde s’effondrerait.
  • Le mythe le plus important était celui d’Osiris et d’Isis. Le souverain divin Osiris a été assassiné par Seth (dieu du chaos), puis ressuscité par sa sœur et sa femme Isis pour concevoir un héritier, Horus. Osiris est alors devenu le souverain des morts, tandis qu’Horus a finalement vengé son père et est devenu roi.
  • Les Égyptiens étaient très préoccupés par le sort de leur âme après la mort. Ils croyaient que le ka (force vitale) quittait le corps à la mort et avait besoin d’être nourri. Ba, ou la spiritualité personnelle, restait dans le corps. Le but était d’unir ka et ba pour créer akh.
  • Les représentations artistiques des dieux n’étaient pas des représentations littérales, car leur vraie nature était considérée comme mystérieuse. Cependant, l’imagerie symbolique était utilisée pour indiquer cette nature.
  • Les temples étaient la méthode de l’État pour soutenir les dieux, puisque leurs images physiques étaient logées et soignées ; les temples n’étaient pas un lieu de culte pour le commun des mortels.
  • Certains animaux étaient vénérés et momifiés en tant que représentants des dieux.
  • Les oracles étaient utilisés par toutes les classes.

Termes clefs

  • polythéiste : Une religion avec plus d’un dieu vénéré.
  • Duat : Le royaume des morts ; résidence d’Osiris.
  • ka : Partie spirituelle d’un être humain ou d’un dieu qui a survécu après la mort.
  • panthéon : Les acteurs principaux d’une religion.
  • heka : La capacité à utiliser les forces naturelles pour créer de la « magie ».
  • Ma’at, : L’univers égyptien.
  • ba : Les caractéristiques spirituelles d’une personne qui sont restées dans le corps après la mort. Ba pouvait s’unir au ka.
  • akh : La combinaison du ka et du ba vivant dans l’au-delà.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.