Catégories
Histoire de l'humanité

La culture de Chavín

 

La culture de Chavín, qui a duré de 900 à 250 avant J.-C. au Pérou, se caractérisait par un art et une architecture ingénieux, et a eu une grande influence sur les autres cultures locales.

Localisation

La culture de Chavín s’est développée dans les hauts plateaux andins du nord du Pérou entre 900 et 250 avant J.-C. Leur influence s’est étendue à d’autres civilisations le long de la côte. La civilisation Chavín était située dans la vallée de la Mosna, où les rivières Mosna et Huachecsa se rejoignent. Elle est aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Développement de la civilisation

Urabarriu a duré de 900 à 500 avant J.-C., et quelques centaines de personnes seulement vivaient à Chavín de Huantar. La céramique a été influencée par d’autres cultures, et les gens cultivaient un peu de maïs et de pommes de terre. Chakinani, de 500-400 avant J.-C., a été une période de transition, lorsque les habitants ont migré vers le centre cérémoniel. De 400 à 250 avant J.-C., Jarabarriu a connu une augmentation spectaculaire de sa population, avec un modèle de peuplement urbain/suburbain.

Société

Chavín avait une petite et puissante élite qui était légitimée par la revendication de l’autorité divine. Ces chamans étaient capables de contrôler et d’influencer les citoyens locaux (probablement en partie grâce à l’utilisation de psychotropes), et étaient capables de planifier et de réaliser la construction de temples et de galeries en pierre.

Architecture

Le temple Chavín de Huántar est le principal exemple de l’architecture de Chavín. La conception du temple fait preuve d’une innovation complexe pour s’adapter à l’environnement des hautes terres du Pérou. Pour éviter les inondations et la destruction du temple pendant la saison des pluies, le peuple Chavín a créé un système de drainage efficace avec des canaux sous la structure du temple ; l’eau qui s’écoule pendant la saison des pluies ressemble à l’un des animaux sacrés de Chavín, le jaguar.

L’activité économique

Les Chavín ont fait preuve de connaissances avancées en matière d’acoustique, de métallurgie, de soudure et de contrôle de la température pour s’adapter à la saison des pluies. Les Chavín étaient également habiles à mettre au point des pièces d’orfèvrerie raffinées et utilisaient les premières techniques de fusion
le métal et la soudure.

Le peuple Chavín a domestiqué les camélidés, comme les lamas, qui étaient utilisés comme animaux de bât, et pour la fibre et la viande. Les Chavin produisaient du ch’arki, ou viande séchée de lama, qui était couramment commercialisé par les éleveurs de camélidés et constituait la principale ressource économique du peuple Chavín. Ils cultivaient également avec succès plusieurs plantes, dont la pomme de terre, le quinoa et le maïs. Ils ont développé un système d’irrigation pour aider à la croissance de ces cultures.

Art

L’art de Chavín représente le premier style artistique répandu et reconnaissable dans les Andes, et peut être divisé en deux phases : la première phase correspond à la construction du « Vieux Temple » de Chavín de Huántar (vers 900-500 avant J.-C.) ; la seconde phase correspond à la construction du « Nouveau Temple » de Chavín de Huántar (vers 500-200 avant J.-C.). L’Ancien Temple comprenait le Lanzón, qui était logé dans une chambre centrale cruciforme dans un labyrinthe de passages souterrains. Le Lanzón fonctionne comme un axe mundi, ou un point de pivot reliant le ciel, la terre et le monde souterrain.

Le Lanzón de Chavín
Le Lanzón de Chavín : On voit ici la plus importante stèle de la divinité centrale de Chavín, appelée le Lanzón.

L’art de Chavín a décoré les murs du temple et comprend des sculptures, des gravures et des poteries. Les artistes ont représenté des créatures exotiques que l’on trouve dans d’autres régions, comme des jaguars et des aigles, plutôt que des plantes et des animaux locaux. La figure féline est l’un des motifs les plus importants de l’art de Chavín. Il a une signification religieuse importante et est répété sur de nombreuses sculptures et gravures. Les aigles sont également très présents dans l’art Chavín. Il est intentionnellement difficile à interpréter et à comprendre, car il est destiné à être lu par les seuls grands prêtres.

Trompette rituelle Chavin
Trompette à coque de strombus incisée : Cette trompette à coquille était probablement utilisée lors de cérémonies. Les motifs incisés montrent une personne de haut rang jouant de la trompette à coquille, entourée de serpents.

L’obélisque de Tello est un énorme arbre sculpté décoré d’images de plantes, d’animaux, y compris des caïmans et des oiseaux, et d’humains, qui pourraient représenter un mythe de la création. Les têtes de tenon sont des sculptures massives en pierre de têtes de jaguar en forme de crochets, que l’on trouve au sommet des murs intérieurs de Chavín de Huantar.

Influence

L’influence de Chavín était très étendue, ses styles d’art et d’architecture se répandant à des kilomètres à la ronde. Il y a peu de traces de guerre dans les reliques de Chavín ; au contraire, les citoyens locaux étaient probablement contrôlés par une combinaison de pression religieuse et de conditions environnementales.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La culture de Chavín s’est développée dans les hauts plateaux andins du nord du Pérou entre 900 et 250 avant J.-C.
  • Il y a eu trois étapes de développement : Urabarriu (900-500 avant J.-C), Chakinani (500-400 avant J.-C) et Jarabarriu (400-250 avant J.-C).
  • Chavín avait une petite et puissante élite qui était légitimée par la revendication de l’autorité divine.
  • Le principal exemple de l’architecture de Chavín est le temple Chavín de Huántar, dont la conception témoigne d’une adaptation complexe et novatrice à l’environnement des hautes terres du Pérou.
  • Le peuple Chavín a fait preuve de connaissances avancées en matière d’acoustique, de métallurgie, de soudure et de contrôle de la température. L’une de leurs principales ressources économiques était le ch’arki, ou lama saccadé.
  • L’art Chavín représente le premier style artistique répandu et reconnaissable dans les Andes, et peut être divisé en deux phases: la première phase correspond à la construction du « Vieux Temple » de Chavín de Huántar (vers 900-500 avant J.-C.) ; la seconde phase correspond à la construction du « Nouveau Temple » de Chavín de Huántar (vers 500-200 avant J.-C.).
  • Parmi les œuvres d’art importantes, on peut citer le Lanzón, l’obélisque de Tello et les têtes de tenon.

Termes clefs

  • Obélisque de Tello : Un énorme arbre sculpté représentant un mythe de la création de Chavín.
  • ch’arki : Lama saccadé.
  • axis mundi : Un point de pivot reliant le ciel, la terre et le monde souterrain.
  • La culture de Chavín : Une civilisation des hauts plateaux du nord des Andes du Pérou de 900 à 250 avant J.-C., connus pour leur construction de temples et leur les progrès de l’ingénierie et de la métallurgie.
  • Lanzón : Stèle en pierre trouvée dans le temple Chavín de Huántar.
  • camélidés : Mammifère de la famille des chameaux (Camelidae).
  • psychotropes : Substance chimique qui modifie les fonctions cérébrales et entraîne des altérations de la perception, de l’humeur ou de la conscience.
  • Jarabarriu : stade de développement de la civilisation Chavín de 400 à 250 avant J.-C.
  • Chakinani : Stade de développement de la civilisation Chavín entre 500 et 400 avant J.-C.
  • Urabarriu : stade de développement de la civilisation Chavín de 900 à 500 avant J.-C.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.